En tan qu’orthophoniste, je reçois à mon cabinet de Casablanca pas mal de parents inquiets du développement du langage de leurs enfants et particulièrement lorsqu’ils suspectent un beaigaiement. Au Maroc des associations se montent pour soutenir et accompagner es personnes attentent de ce handicap notamment sur Facebook avec AMBegaiement : https://www.facebook.com/AMBegaiement/.

 

Ce qu’il faut savoir concernant les enfants, c’est qu’au moment où ils commencent leur apprentissage du langage, des modifications importantes se produisent. Ce développement est à la fois complexe et difficile. Les enfants peuvent répéter des mots ou des phrases ou utiliser plusieurs “euh” ou “et” en formulant une phrase. À ce stade du développement chez l’enfant, ce type de comportement est normal.

 

Ditinguons : l’hésitation normale et le bégaiement

 

Entre l’âge de 2 à 6 ans, l’enfant peut rencontrer quelques difficultés à parler sans hésitation. Le langage se développe tranquillement et la maîtrise de certains sons ou de certains mots peut être difficile. L’enfant a également accès à un vocabulaire plus limité comparativement à l’adulte. Ainsi, tous les enfants répètent des mots et des phrases.

 

Ils ont parfois du mal à garder un rythme régulier pour s’exprimer, ils ajoutent des sons et des mots à leurs phrases, ils mélangent des syllabes et recommencent leurs phrases pour corriger leurs erreurs. Par contre, il n’y a pas de tension lorsqu’ils parlent.

 

L’hésitation normale ou bégaiement transitoire peut avoir une durée de 6 mois à 2 ans.

Pour 50 % des enfants, la récupération se fait naturellement sans intervention spécialisée. Toutefois, si l’hésitation normale se poursuit quand même au-delà de 6 mois, en observant une tension lorsqu’il parle il est fortement recommander de vous rapprocher d’un professionnel comme un Pédiatre, un médecin ORL ou un Orthophoniste.

 

Ce que vous pouvez faire :

Lorsqu’un enfant commence à bégayer, et afin de vous rassurer, vous pouvez consulter un orthophoniste formé au traitement du bégaiement. Plus un trouble est pris en charge tôt et de façon adaptée aux “bégayages” de l’enfant, mieux cela sera. Il conviendra aussi de bien sensibiliser son entourage des informations sur les risques de fixation, les traitements possibles et les facteurs qui jouent sur la fluence.

 

Conseils utiles pour votre enfant :

  • Essayer de vous mettre à sa hauteur, en lui donnant le mot s’il bloque ou en l’amorçant avec lui pour l’aider.
  • De garder le contact visuel lors des blocages de l’enfant en le touchant gentiment pour le calmer.
  • De prendre un moment privilégié avec votre enfant seul à seul le soir et de lui parler plus tranquillement et lentement, en faisant des pauses, dans ces moments privilégiés.
  • De reformuler ce qu’il dit afin de l’aider à prendre en compte l’interlocuteur et à ralentir.
  • De ne poser qu’une question à la fois et de faire des commentaires.
  • De cadrer l’échange, c’est-à-dire qu’il parle lorsque vous pouvez l’écouter et l’écouter vraiment, lui dire si vous ne le pouvez pas.
  • De faire attention aux tours de parole.
  • D’utiliser des renforcements positifs spécifiques et descriptifs pour lui donner confiance en lui. Par exemple, « j’ai aimé ta façon de ranger tes jouets, cela aide vraiment » à la place de « c’est bien de ranger ».

 

Si le bégaiement persiste malgré ces conseils, ce qui est le cas pour certains enfants, il faut envisager un traitement.