De nombreuses personnes s’interrogent sur le Bégaiement.

Il n’est pas toujours évident d’expliquer ce trouble aux non-initiés.

Lors de mes investigations, je suis tombé sur une émission très intéressante où la “Phoniatre” explique le Bégaiement d’une manière très fluide et concrète.

Je conseille de faire écouter cette interview à toutes les personnes désireuses de mieux comprendre ce handicap.

“De même aux personnes à qui vous souhaiteriez l’expliquer”

Sources “Europe 1 : Pourquoi Docteur ?”

Face au bégaiement, quelles sont les thérapies possibles ?

 

Longtemps ignoré, le bégaiement est actuellement  reconnu comme un trouble particulièrement invalidant qui nécessite une prise en charge thérapeutique spécifique.

Parallèlement, les thérapies ont évolué pour s’adapter à la complexité du trouble.

L’objectif de ce dépliant est de permettre aux personnes souffrant de bégaiement de mieux appréhender les démarches thérapeutiques possibles.

 

Le bégaiement se définit comme une perturbation durable et fluctuante de la parole (blocages, prolongations, répétitions insistantes – qui peuvent parfois être masquées par la personne qui bégaie) associée à divers éléments spécifiques : comportementaux, cognitifs, affectifs.

La prise en charge thérapeutique doit tenir compte de ces différents aspects, dans des proportions qui varient en fonction de la particularité de chaque personne bègue.

Des thérapeutes habilités

Des professionnels médicaux (les phoniatres) et paramédicaux (les orthophonistes1) sont habilités à traiter le bégaiement, certains s’étant formés plus spécifiquement à ce trouble. Ils sont soumis à des lois régissant leur profession (devoir d’information, de formation, secret professionnel, etc.) qui garantissent aux patients une qualité de soins – les soins étant en partie ou complètement pris en charge par les différents systèmes de santé.

Certaines personnes bègues s’appuient sur leur seule expérience pour proposer leur propre méthode, souvent présentée comme “la solution” – à la manière des régimes miracles qui agissent en 3 jours. Nous ne saurions recommander ces méthodes.

Les objectifs généraux de la prise en charge thérapeutique sont :

Une confiance retrouvée

L’information donnée sur le bégaiement parallèlement à la prise en compte du bégaiement particulier du patient permet dès le départ une mise à plat et une dédramatisation du trouble. La reprise en main de cette parole qui échappe est un des principaux axes de traitement.

Une parole “normale”

L’ensemble de la thérapie vise à redonner une parole souple, fiable et spontanée qui permette au patient de s’exprimer comme il le souhaite même si des dysfluences persistent. Celles-ci sont alors au second plan, ne venant plus entraver la communication.

 Sortir du bégaiement  mobilise des processus de changement qui demandent du  temps pour se mettre en place.

Les méthodes “miracle” agissent à l’inverse en enfermant le sujet dans son bégaiement. Une parole peu naturelle est rapidement possible au prix d’un passage en force, renforçant les mécanismes du bégaiement qui se construit sur l’effort que produit la personne bègue pour parler.

Les thérapies traitent les aspects physiques, fonctionnels et émotionnels du bégaiement.

Chacun fait l’objet d’un travail particulier qui a des répercussions dans les autres domaines.

•  les aspects physiques

La première demande concerne le plus souvent les accidents de parole. Les différentes composantes de la parole sont abordées à travers des exercices de ralentissement du débit, de fluence, de respiration, de voix…  L’aspect moteur est traité de façon plus globale avec la pratique de la relaxation.

•  les aspects fonctionnels

Le bégaiement se manifestant dans la relation aux interlocuteurs, cet aspect occupe une grande partie de la thérapie. Sont abordés les dysfonctionnements  comportementaux et cognitifs sous-jacents au trouble. Si les techniques utilisées peuvent différer en fonction des thérapeutes, l’objectif reste toujours la restauration de la relation aux autres.

•  les aspects émotionnels

L’impact des facteurs émotionnels représente également une part importante de la thérapie (gestion du stress, estime de soi…).

Seul / en famille / en groupe ?

Selon l’âge du patient, les démarches thérapeutiques sont différentes.

Chez le jeune enfant, la prise en charge est essentiellement familiale, les parents étant au cœur du traitement.

Lorsque l’enfant grandit (à partir de 5-6 ans), l’accompagnement parental est souvent doublé d’une prise en charge individuelle de l’enfant. La vie sociale prenant une place de plus en plus importante dans son existence, des séances de groupe peuvent également être indiquées.

Pour l’adolescent et l’adulte, le traitement peut être individuel et en groupe. Celui-ci  s’avère particulièrement intéressant au moment de l’adolescence où le regard des autres devient si important.

Il existe parallèlement des groupes de Selfhelp (entraide) réunissant des personnes bègues en dehors de la présence de thérapeutes.

Des stages intensifs en groupe d’une durée de quelques jours sont proposés par des thérapeutes. Ils s’accompagnent toujours d’un suivi individuel sur un plus long terme.

En dehors des prises en charges globales, d’autres interventions ciblent des aspects plus particuliers du bégaiement. Des médicaments agissent sur la fluidité de la parole dans des cas qui restent limités – et non sans effets secondaires. De même, celle-ci peut être améliorée ponctuellement par des appareils auditifs qui perturbent la perception de sa propre voix. Pour d’autres, des activités comme le chant ou le théâtre apportent une aide en développant le plaisir vocal.

Les domaines cognitifs, comportementaux et affectifs peuvent également faire l’objet d’une démarche thérapeutique (thérapie cognitivo-comportementale, psychothérapie, psychanalyse, art-thérapie…) sans référence directe au  bégaiement. La demande du patient n’est pas axée sur le bégaiement, mais des répercussions positives sont susceptibles de se produire en profondeur sur la parole.

Si vous avez des questions ou que vous souhaitez réagir à cet article, je vous propose de le faire via le formulaire en bas de page.

Vous pouvez aussi m’écrire en cliquant ici : Cabinet d’Orthophonie à Casablanca

Enfin, si vous souhaitez me retrouver cliquez ici : Orthophoniste à Casablanca